Les superstitions sexuelles

Les superstitions sexuelles

Dans l’inconscient la femme a peur d’un très grand pénis qui entrainera une douleur extrême, crainte de mourir, peur d’une fragmentation. Ce genre de croyance et de superstitions exagérées sont appelées “mythe sexuel”. Dans l’avenir ce genre de coyances peuvent entrainer le vaginisme.

Les superstitions les plus répandues

L’idée que son vagin est plus petit que la normal: “mon vagin est trop petit donc une pénétration n’est pas possible” en générale ceci n’existe pas car le vagin est flexible, à la naissance la tête d’un bébé de 10 cm peut sortir. En général, il n’y a pas de rapport entre le vaginisme et une anomalie structurelle.

L’idée que la première relation sera très douloureuse et saignant: quand la femme ne se stress pas et est à l’aise il n’y a presque jamais de saignement. İl n’y a pas ou peu de douleur. Par contre la femme qui se stress et se contacte peut avoir des douleurs et il peut y avoir un peu de saignement.

L’idée que l’hymen explose pendant la première nuit: l’hymen ne peut se casser car elle est flexible. L’hymen est situé entre 1 et 2 centimètres à l’intérieur du vagin et a une épaisseur de plus ou moins 2 mm.

Le pénis captivus: le pénis captivus désigne l’impossibilité pour l’homme de retirer son sexe du vagin de sa partenaire durant un rapport hétérosexuel. Le pénis est alors retenu par une puissante contraction des muscles du vagin de la femme empêchant tout retrait et maintenant l’érection. Si cet incident est fréquent chez le chien, à cause de la turgescence de sa verge en « bouchon de champagne » après l’intromission, il reste anecdotique chez l’homme. Donc ce phénomène n’existe pas chez les humains.

Mais la moitié des patients atteints de vaginisme pensent que ce phénomène leur arrivera.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *